Logiciels de bibliographie et de cartographie : Zotero, Qiqqa, FreeMind…

Qiqqa

Avec Qiqqa : une carte des liens entre tous les articles sauvegardés (C. Aversing)

1. Les outils de gestion des références bibliographiques

Utiliser un logiciel de gestion des références bibliographiques est aujourd’hui indispensable pour un travail de recherche (voir ce diaporama par l’Université de Lorraine, 2013) :

  • pour l’importation des références trouvées sur Internet ;
  • pour le regroupement possible selon plusieurs critères ;
  • puis pour la présentation de la bibliographique selon les exigences des publications scientifiques.

Pour comparer les trois outils gratuits qui sont les plus utilisés, voir ce diaporama par H. Hensens (2012) sur EndNoteWeb, Zotero et Mendeley, et voir ces fiches d’installation et d’utilisation :

et une mention particulière pour Qiqqa, avec notamment son outil « Sniffer » qui permet de récupérer sans ressaisie les métadonnées d’un Pdf trouvé sur Scholar.Google, avec son outil « brainstorm » qui permet d’identifier et de représenter graphiquement les liens entre tous les articles sauvegardés.. Voir la fiche d’utilisation Qiqqa, par C. Averseng.

2. Les outils de cartographie

« Un bon dessin vaut souvent mieux qu’un long discours », mais on peut distinguer au moins quatre types d’outils de cartographie :

  • Pour les outils de cartographie de concepts, le niveau des logiciels est très différent, depuis les simples nuages de mots (par exemple WordCloud, et voir une longue liste sur le site du SEM) jusqu’à de vrais outils de représentation de connaissances (par exemple G-MOT du LICEF : voir ce diaporama et cet article de B. Pudelko et J. Basque pour l’utilisation dans le cadre d’une formation). Voir en exemple une belle carte de concepts de l’ensemble des théories de l’apprentissage réalisée par R. Millwood.
  • Pour les outils de cartographie heuristique ou carte mentale, il s’agit d’organiser des idées sous forme de branches hiérarchiques. Leur usage peut être très polyvalent : brainstorming, prise de note en réunion, rédaction d’un contenu pour un exposé ou un cours (puis export dans une présentation), gestion de projet pour les plus complets… Certains outils de carte mentale sont gratuits comme FreeMind ou Freeplane, d’autres sont payants comme MindView, MindManager ou XMind, voir une longue liste de ces outils sur le site Tilékol. Voir cet exemple d’utilisation de FreeMind dans le cadre d’une recherche par C. Averseng.
  • Pour les outils de cartographie de relations causales, il s’agit de faire apparaître les représentations mentales (carte cognitive) d’un individu ou d’un groupe (voir cet article de  Fallery et Rodhain, 2007). Le logiciel Decision Explorer est maintenant payant (voir la documentation), en contactant le responsable du site (voir en bas en Mentions légales) il pourrait vous envoyer par Ftp une version « ancestrale » de Decision Explorer.
  • Pour les outils de cartographie d’une analyse textuelle, il s’agit de traiter statistiquement les mots d’un texte et de faire, entre autres, des représentations cartographiques des résultats: voir cet article de Fallery et Rodhain (2007) et voir cet exemple de Boughzala et al. (2014).

.

Voir la page « Faire une revue de littérature en Systèmes d’information »