Théorie de l’action raisonnée: processus cognitifs, intentions, auto-efficacité, Coping – I. Ajzen, A. Bandura, R. Lazarus

Les schémas

TAR

1. Action raisonnée: la construction d’une intention de comportement (d’après Ajzen 1991)

.

bandura

2. Théorie socio-cognitive: le sentiment d’auto-efficacité (A. Bandura, in Meyer et Verlhiac 2004)

Coping13. Le Coping, stratégies d’ajustement face au stress (R. Lazarus)

.

Principaux concepts

Dans les approches de l’action raisonnée – ou comportement planifié – on considère que le comportement d’un acteur est « planifié » en fonction ses perceptions et son intention de se comporter.

Les modèles de la psychologie cognitive (notamment celui de l’action raisonnée développé ici, et celui de la Dissonance cognitive) sont devenus la base de nombreuses recherches autour du concept de décision : voir  les Modèles d’acceptation des technologies, mais aussi les modèles de l’Économie comportementale ou des Neurosciences.

1. La théorie de l’action raisonnée, ou du comportement planifié: I. Ajzen

I. Ajzen (1991) cherche à comprendre la construction de l’intention (voir Giger, 2008), laquelle est ici considérée ici comme un antécédent explicatif du comportement. Cette construction d’une intention (voir schéma 1, ci-dessus) relève :

  • d’une part de l’évaluation des espérances perçues et des effets perçus;
  • et d’autre part de l’influence des normes subjectives et sociales (voir Kefi 2010).

Pour mieux tenir compte des facteurs qui ne sont pas d’ordre purement intentionnel, le modèle du comportement planifié (TCP, voir Ajzen et Fishein, 2005) introduit alors le contrôle perçu, susceptible de changer non seulement l’intention comportementale mais aussi le comportement lui-même. Un individu peut ainsi avoir une attitude positive envers les buts poursuivis (espérances), mais pourtant ne pas avoir l’intention d’agir, par un sentiment d’incapacité perçue ou sous la pression sociale de l’entourage (voir Terrade et al. 2009).

TCP

L’intention d’agir explique ainsi une contradiction éventuelle entre l’attitude de départ et le comportement final :

  • soit l’intention est construite par une évaluation ou une perception d’informations mal estimées (c’est le biais hypothétique) ;
  • soit l’intention est certes positive, mais pas assez forte pour passer à l’action (car l’action, elle, est binaire: on agit ou on n’agit pas).

La théorie de l’action raisonnée ou comportement planifié est la base de tous les Modèles d’acceptation des technologies (TAM, UTAUT…)

2. La théorie socio-cognitive et le sentiment d’auto-efficacité: A. Bandura

A. Bandura (2003) considère qu’il y a un déterminisme réciproque entre la personne, le comportement et l’environnement : ce sont ces interactions « triadiques » qui déterminent un comportement et un apprentissage social (par une imitation, par la médiation d’un tiers ou par une extrapolation cognitive) voir Carré 2004.

En complétant le modèle TAR/TCP, Bandura établit surtout une distinction entre la perception sur les résultats attendus et la perception de l’auto-efficacité personnelle (voir schéma ci-dessus et cette vidéo en anglais) « L’auto-efficacité perçue concerne les croyances des gens dans leurs capacités à agir de façon à maîtriser les événements qui affectent leurs existences. Les croyances d’efficacité forment le fondement de l’agentivité humaine (human agency). Si les gens ne pensent pas qu’ils peuvent produire les résultats qu’ils désirent par leurs actions, ils ont peu de raisons pour agir ou persévérer en face des difficultés ».

L’adoption d’une technologie ne serait alors pas uniquement basée sur le fait de convaincre les individus des bénéfices qui peuvent être dérivés (les attentes de résultats) ; l’adoption exige aussi qu’un individu possède des compétences et la confiance nécessaires. Le sentiment d’auto-efficacité est considéré ici comme une variable importante de l’usage, car c’est elle qui vient modérer le lien entre intention et comportement (Meyer et Verlhiac 2004).

3. La théorie du Coping, stratégies d’ajustement pour faire face au stress : R. Lazarus

Coping vient de « to cope » qui signifie « faire face ». Selon les psychologues Lazarus et Folkman (voir Bruchon-Schweitzer 2001) un individu ne reste pas passif devant un événement stressant, il s’ajuste face aux situations difficiles : il évalue les liens entre la situation et ses capacités personnelles, puis il développe une stratégie de Coping, ou stratégie d’ajustement pour faire face au stress (stratégie qui pourra se révéler plus ou moins efficace) :

  • s’il considère la situation comme contrôlable, il utilisera plutôt des stratégies « actives » centrées sur le problème (vigilance, implication, recherche de soutien social…). Le stress est associé ici à un défi;
  • s’il perçoit la situation comme non-contrôlable, il utilisera plutôt des stratégies « passives » centrées sur ses propres émotions (évitement, déni, fuite, fatalisme…). Le stress est associé ici à un obstacle.

On peut donc voir le coping comme un modérateur de la relation entre un événement stressant et la détresse émotionnelle (voir Paulhan 1992). Dans l’analyse de l’intention d’un utilisateur à se protéger d’un danger (voir Maddux et Rogers 1983, Protection Motivation Theory), on considère la balance entre l’évaluation de la menace (la peur et les avantages de se protéger) et l’évaluation des stratégies de Coping (l’auto-efficacité et le coût de se protéger).

En systèmes d’information,

  • A. Beaudry et A. Pinsonneault (2005) ont proposé d’utiliser le modèle du coping (CMUA, Coping model of user adaptation) pour analyser les différentes stratégies d’ajustement des utilisateurs face aux menaces liées à une technologie;
  • S. Kakavand (2018), dans le cas de l’adaptation aux technologies mobiles dans l’université, a pu distinguer des stratégies de coping self oriented et task oriented.

Sur les théories de la psychologie cognitive voir aussi la Théorie de la dissonance cognitive.

.

Voir les autres théories utilisées dans le développement des SI

Voir la carte générale des théories en management des S.I.

  • RÉFÉRENCES

    Ajzen I. (1991), The theory of planned behavior. Organizational Behavior and Human Decision Processes, n° 50

    le lien ou Pdf

    I Ajzen, M Fishbein, S. Lohmann, D. Albarrac (2005), The handbook of attitudes, The influence of attitudes on behavior

    le lien

    Bandura A. (2003), Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle. Paris : Éditions De Boeck Université

    Note de lecture

    Giger J-C (2008), Examen critique du caractère prédictif, causal et falsifiable de deux théories de la relation attitude-comportement : la théorie de l’action raisonnée et la théorie du comportement planifié, L’année psychologique. vol. 108, n°1

    le lien ou Pdf

    Kefi H. (2010), Mesures perceptuelles de l’usage des systèmes d’information : application de la théorie du comportement planifié, Humanisme et Entreprise n° 297

    le lien ou Pdf

    Terrade F. et al. (2009), L’acceptabilité sociale : la prise en compte des déterminants sociaux dans l’analyse de l’acceptabilité des systèmes technologiques, Le travail humain, vol. 72, no. 4

    le lien ou Pdf

    Carré P. (2004), Bandura : une psychologie pour le XXIe siècle ? Savoirs 2004 n° 5

    le lien ou Pdf

    Meyer, T., Verlhiac, J. (2004). Auto-efficacité : quelle contribution aux modèles de prédiction de l’exposition aux risques et de la préservation de la santé ?. Savoirs, hors série,(5)

    le lien

    Beaudry A., Pinsonneault A.(2005), Understanding user responses to information technology: a coping model of user adaptation, MIS Quarterly Vol. 29, n° 3

    le lien ou Pdf

    J. Maddux, R. Rogers (1983), Protection motivation and self-efficacy: A revised theory of fear appeals and attitude change, Journal of experimental social psychology, n°19

                                                              le lien

    S. Kakavand (2018), The University’s Strategy behind the Implementation of Mobile Technology in Education & User Adaptation, Thèse à l’Université de Montpellier

    These

    Paulhan I. (1992), Le concept de coping., L’année psychologique., vol. 92, n°4

    le lien

    Bruchon-Schweitzer M. (2001), Le coping et les stratégies d’ajustement face au stress, Recherche en soins infirmiers N° 67

    le lien

    et ces liens avec de nombreuses références en S.I., sur le site IS Theories ;

    Theory of planned behavior

    Social Cognitive Theory 

    Self-efficacity theory   

    Protection motivation theory

    Technology Threat Avoidance Theory